Pourquoi quitter whatsapp ?

le 9 janvier 2021, par Bruno Thomas

Facebook a demandé depuis le 7 janvier à ses utilisateurs de whatsapp d’accepter ses nouvelles conditions d’utilisation qui permettent d’exploiter plus largement les données personnelles afin de les monétiser. Pour les utilisateurs qui refusent, ils ne pourront plus se servir de l’app dès le 8 février. En février 2014 facebook a acheté whatsapp pour 19 milliards de dollars. Il est temps d’avoir un retour sur investissement.

Autour de moi (famille, travail, amis) nous utilisons beaucoup cette application bref nous faisons parti des 2 milliards d’utilisateurs. J’ai du mal à expliquer que c’est le moment d’en changer. On me répond :

  • pourquoi ?
  • quels changements et quelles données ?
  • quelle alternative ?

chat

Les raisons de ne pas donner ses données à facebook sont nombreuses. La principale c’est que Facebook est le pire fournisseur de services sur internet sur la question des données personnelles. Ils récupèrent tout ce qui est possible, comme l’utilisation de votre historique, quels contenus vous intéressent en scrutant votre scrolling, quels sites vous allez voir, hors facebook, car chaque site qui intègre le bouton like enregistre votre passage, que vous ayez un compte ou pas, ou encore avec les trackers qui sont dans les apps mobiles, même les fœtus sont inscrits sur facebook (via des applications de suivi de grossesse). Tous vos contenus (photos, vidéos, …) appartiennent à facebook ils en font ce qu’ils veulent.

Avec leur nombre d’utilisateurs (2,7 milliards pour fb, 1 milliard pour instagram et 2 milliards pour whatsapp) ils ont une influence considérable sur notre société, et plus généralement sur la marche du monde. Cette influence est néfaste. C’est un long sujet en soi (cf quelques exemples ci-dessous), mais vous pouvez revenir sur l’affaire Cambridge Analytica pour voir leur influence sur le Brexit ou l’élection de Trump, leurs positions ambiguës avec les théories conspirationnistes comme QAnon, ceux (entre autres) qui sont allés envahir le Capitole il y a quelque jours à Washington.

Enfin, la quantité colossale d’énergie consommée en faisant tourner des algorithmes d’intelligence artificielle afin de vous cibler au plus fin pour vous afficher de la publicité est aussi un problème écologique. Bref si vous voulez faire un geste pour la planète au niveau du numérique, c’est un bon choix de s’en séparer.

quels changements et quelles données ?

Whatsapp collecte les données suivantes :

  • les numéros de téléphone de l’utilisateur
  • les numéros des contacts de l’utilisateur
  • les noms de profils
  • les images de profils
  • les images/changement de statut incluant quand l’utilisateur passe en ligne
  • les données de diagnostique en provenance des traces applicatives

Ces données seront désormais partagées avec les autres sociétés de Facebook.

Le pire c’est que l’utilisation de ces données reste très opaque, on ne sait pas bien ce que facebook en fait. Par exemple est-ce que ces données sont croisées avec leurs trackers contenus dans les applications mobiles ? A quoi servent-elles ? Comment sont-elles monétisées ?

Alors quelles sont les alternatives ?

  • telegram est l’alternative la plus proche avec des apps pour ios, android, chiffrement des messages de bout en bout, une version web, des groupes (jusqu’à 100 000 participants) et la plupart des paramètres sont à l’avantage de télégram. A noter que télégram ne chiffre pas de client à client (sauf pour les “secrets chats”) mais de serveur à client. Ce qui signifie qu’ils ont accès aux conversations
  • signal voir cet article en français qui en parle. Signal est opensource c’est un avantage de transparence. Il n’a pas de tracker. A noter aussi que, si comme moi vous n’avez pas les googles services, avec whatsapp il n’y avait pas de notification en fond de tâche (il fallait que l’app soit ouverte à l’écran). C’est pas nécessaire pour pour signal
  • chatpril fournit également un serveur XMPP qui n’utilisera pas vos données
  • deltachat est aussi opensource et utilise les protocoles mail pour fonctionner (IMAP et SMTP)
  • viber créé par une société Israélienne et racheté par la société japonnaise Rakuten. Il assure le chiffrement de bout en bout, et a déjà un milliard d’utilisateurs (notamment dans les pays d’Europe de l’Est). En revanche il a 10 trackers.

Et puis il y a encore plein d’autres solutions comme celles répertoriées ici.

Si vous en utilisez une autre, et que vous voulez partager votre expérience, ça m’intéresse, je l’ajouterai.

Edit : cet article explique que ces changements de conditions ne concernent pas les utilisateurs européens. En ce qui me concerne, cela ne me rassure pas, et je ne vais pas attendre une prochaine mise à jour des CGU pour changer

Edit2 : cet autre article précise que depuis déjà 2016 facebook récupère les données de whatsapp. Comme dit Evan Greer, sous-directeur du groupe pour les droits numériques Fight For The Future : “Je ne fais confiance à aucun produit de Facebook. Leur modèle d’affaire est basé sur la surveillance. Ne l’oubliez jamais.”. Mieux vaut tard que jamais.

Liens sur Facebook et la démocracie:

Lettre ouverte à mes copropriétaires

le 26 novembre 2020, par Bruno Thomas

Trop long; Pas lu

"Pourquoi la musique n'invente plus rien ?"

le 23 mai 2016, par

Lors des 14e Nuits Sonores, on va boire un verre avec Carole. Elle me dit qu’elle a pris le café avec Simon Reynolds chez Richard Bellia. Avouant mon ignorance sur Simon Reynolds, elle m’explique qu’il a été journaliste musical au New York Times, Village Voice, Spin, The Guardian, Rolling Stone, The Observer… qu’il a écrit un bouquin “Bring The Noise”. OK. Autant pour moi. Il y a d’ailleurs un article sur Rue89 “Pourquoi la musique n’invente plus rien : rencontre avec Simon Reynolds”.

Alors, les 14e Nuits Sonores ?

le 23 mai 2016, par

Toujours à la bourre pour coucher les quelques notes et impressions du festival Lyonnais. Je me suis aperçu cette année de l’utilité de l’homme augmenté par son mobile, en allant revoir des notes passées, sur ce blog, à propos des Nuits Sonores. En réponse à une question comme

Les transmusicales 2015 : passé à côté

le 19 décembre 2015, par

14e année qu’on vient à Rennes pour les Transmusicales. Année un peu spéciale, déjà parce que cette fois nous n’avons pas de pass presse, mais abonnement VIP de la région bretagne. Ca veut aussi dire que nous ne devons pas “produire” des articles sur le festival chaque jour. Et puis je vais pouvoir tester un festival à trois pattes, avec une béquille (cause mauvais claquage au mollet la semaine dernière… ahem, en dansant).

Les nuits sonores 2015 un an après

le 19 novembre 2015, par

En cherchant mes notes dans Note Everything sur mon mobile pour l’article des NS 2016, je retombe sur celles de 2015.

Transmusicales 2014, une édition pleine de souffle

le 8 décembre 2014, par

64000 personnes, un nouveau record consécutif depuis 3 ans. L’augmentation de cette année peut s’expliquer comme le disent ouest-france par l’augmentation de la jauge du parc expo qui passe de 12000 à 13600 personnes par soir grâce au nouveau hall 8.

Transmusicales 2014, samedi fort !

le 7 décembre 2014, par

Directions ubu 16h30 pour un mix de La Mverte format original : salle de spectacle pour trois mix courts : 1/2h. Inhabituel pour lui en tout cas comme il nous l’a dit juste avant. Il devrait partir lentement vers 100bpm pour sa première 1/2h puis passer en mid tempo sur la 2e pour finir plus rapide. Il nous a parlé d’un morceau d’une chanteuse grecque des années 70 qu’il veut absolument passer. Électro puissante, deep et traînante. Ca rappelle comme DBFC les années 80 mais en plus dark. Beats binaires avec des synthés à la quadruple croche. Excellent mix. Il se fait couper il lui restait 3 morceaux. Nous ne pourrons pas rester pour les 2 autres 1/2h. Mais il a un son, une couleur, le noir : Viva la muerte !

Transmusicales 2014 : vendredi plein

le 6 décembre 2014, par

Grosse soirée. Le parc expo affiche complet, et la programmation est… impossible à couvrir à la hauteur de ce qu’on voudrait y voir.

subscribe via RSS