Les trans 2014, jeudi riche

le 5 décembre 2014, par

Le temps du checkin, poser les affaires, manger un bout, nous arrivons au Parc Expo vers 22h30, juste après Courtney Barnett. Pareil pour Jeanne Added mais il y a des sessions de rattrapage, elle passe tous les soirs à l’Air Libre.

Pas encore grand monde au parc expo, ça nous permet de voir les installations de cette année : une nouvelle aire de jeu, le hall 8 qui semble être de taille comparable au hall 3 (~2000/3000 personnes). pour aller au hall 3 on passe par la green room qui rempli tout le hall4 (avant c’était juste un coin électro sponsorisé par une marque de bière).

C’est Curtins Harding qui joue Hall8. Ahhhhh toujours impressionné en arrivant aux trans par le bon son, sec avec du relief. Curtis harding c’est une sorte de Lenny Cravitz soul-rock, des fois un peu aproximatif niveau justesse. La musique elle, déroule bien, les musiciens sont brillants, et le tout cohérent. Le premier rang lui crie : “Curtis your fly … Is open !”

IMGP8926

On va chercher une bière au bar VIP, le temps de faire la blague traditionnelle “Bruno j’te laisse au club trans” et je pars voir Kate Tempest. Intro électro puis slam à capella enchaîné en souplesse avec un gros son groove et électro. La tempête slam : on est pris dans les flux et reflux de ses paroles, elle accélère, ralentit, casse ses rythmes, la musique est assurée par une fille à l’orgue/sample, et deux batteries dont une électronique. Une autre chanteuse/rapeuse pose sa voix en duo avec elle. Belle harmonie entre rap qui claque aux rythmiques beasty-boysiennes avec la diction d’un Eminem anglais. La musique électronique est rapide et bien actuelle. Emotion, on est dans le son. Le hall quasi vide au départ est rempli, elle paraît presque surprise de l’accueil, et ponctue le concert avec “Thank you for beeing fucking lovely”. La classe. La première claque du festival.

IMGP8965

Je suis le flux des transmusicaliens sous la bruine pour voir le jeune phénomène Raury. A 20 ans, il a une sacré présence sur scène, une attitude de rock star dans ses déplacements, ses vacillements. Il chante, rappe, joue de la guitare, se donne à fond. Gros talent. Il reprend nirvana, ce qui provoquera cette remarque décalée de notre voisin : “il a le droit de reprendre nirvana mais pas avec des stroboscopes”. Et nous, on prend un aller-retour dès le début du festival.

IMGP8980

On part vers le proche orient avec A-Wa. 3 chanteuses avec basse/guitare/batterie/percus, une sorte de rock yéménite entêtant. Leurs voix puissantes en monophonie éclatent en trio. Captivant.

Après un passage par le hall 4 résolument électro avec Andre Bratten – gros gap techno je crois que je commence à avoir du mal avec l’électro-tech – on va se calmer avec les danois de Sekuoia et notamment Patrick Alexander Bech-Madsen. Il est accompagné de 2 musiciens. Downtempo, électro pop lente, bruiteuse, ils sont appliqués. Ils nous embarquent dans leurs divagations sonores.

IMGP9002

Et puis je finis la soirée sur Molotov Jukebox, annoncés par Jean Louis Brossart himself, un peu comme du négresse verte avec une Marilyn brune au chant et à l’accordéon. Ambiance festive.

Petit tour par le hall 4, cette fois-ci c’est F.E.M qui remixe Crispy Bacon, je vais prendre le bus.

Transmusicales 2014, survol de la prog

le 1 décembre 2014, par

Nous y voilà. Jeudi nous serons à nouveau plongés dans le tourbillon musical des trans, sous les décibels propres des line-arrays des halls du parc expo, ou devant ceux, plus bruts, des bars en trans. La liberté guidant nos déambulations, avec ses surprises, ses doutes. Pour tenter de ne pas passer à côté d’un moment de grâce ou d’une bonne claque, depuis 2 semaines, nous avons fait un tour de cette programmation. Le but n’est pas de repérer les futurs Daft Punk, Keziah Jones, Justice. C’est plutôt de répondre à la question de samedi à 2h30 du matin dans le hall 9 entouré de 5000 personnes : “bon c’est naze, on va voir quoi maintenant ?”, de garder une trace de ce que nous avions remarqué et donner des idées d’écoute.

Retour sur les Nuits Sonores 2014

le 19 juin 2014, par

Dur de trouver un moment pour mettre sur écran mes impressions de cette 12e édition des nuits sonores.

Transmusicales 2013 : une édition parfaite

le 8 décembre 2013, par

Plus de 60000 participants selon libération le record de l’année dernière a été égalé. L’année dernière, 28000 personnes avaient été accueillies au Parc Expo (le lieu principal), cet année c’était 30000. Une affluence probablement boostée par les têtes d’affiche Stromae et London Grammar. L’année dernière, le jeudi 3800 personnes s’étaient déplacées au Parc Expo, alors que cette année avec London Grammar c’était 5100 selon Ouest France.

Transmusicales 2013 : un vrai samedi en trans

le 8 décembre 2013, par

Après la traditionnelle galette de la place Ste Anne, la bolée de cidre, la rédaction du vendredi et un wok comme dîner, direction le parc expo pour la dernière soirée. Nous avons juste le temps de voir quelques chansons de Iva G. Moskovich : Dans une grande robe blanche, la prêtresse nous emmène plutôt vers le rock noir de son ancien groupe Drop Out Venus : ressemble alternativement à PJ Harvey ou plus pop comme son dernier titre.

Transmusicales 2013 : vendredi inattendu

le 7 décembre 2013, par

Le vendredi s’est exactement passé comme on ne l’avait pas prévu. Arrivé trop tard, on a raté The Skins, Nova Heart et Les Gordon. Au parc expo, Carole nous montre son CD dédicacé de Joy Wellboy qui jouaient aux bars en trans juste avant. Leur concert était très bien semble-t-il.

Transmusicales 2013 : jeudi paisible

le 6 décembre 2013, par

Je crois que je le précise tous les ans, mais le jeudi au Parc expo c’est pépère : pas trop de monde, une programmation qui finit tôt, et cette année, elle était en plus assez tranquille (à part La Yegros et la Green Room).

Transmusicales 2013 - un aperçu

le 27 novembre 2013, par

Un survol de ce qui va passer aux transmusicales à partir du jeudi 5 décembre jusqu’au dimanche 8. Après avoir fait le tour de la programmation de cette 35e édition du festival, l’adjectif qui vient, c’est festif, disco, avec une grosse soirée le vendredi notamment hall 9, et puis trans-styles, le festival mérite toujours son nom qui était décidément visionnaire il y a 35 ans.

Les 11e nuits sonores

le 19 mai 2013, par

Jeudi - Smooth Loose

subscribe via RSS